25 juin 2007

Pas de préférence.

Elle avait une âme à s'en lécher les babines. Je me demandais souvent de quel droit on l'avait placé sur mon chemin, sans savoir si c'était pour me faire souffirr ou pour me rendre impossiblement heureux. Je l'ai aimé à la première inspiration, son paysage fantasque me crevait les yeux. Sans même connaître son nom ni les batements de son coeur qui ressemble beaucoup plus  à des murmures. Ah l'écrivaine. Sous ses airs obsédants et sa mine complètement ravageuse, elle avait déjà des kilomètres d'avance dans mon coeur. Qui aurait cru un jour que ce serait légal les excès ? Tout au fond de ma poitrine, tu filais à des allures folles sans te soucier des dégâts irréparables que tu semais naïvement en moi. Je suis presque sûr que ça ne t'es jamais passé à l'esprit, que je sois - intégralement et spectaculairement- amoureux de toi. Tu brûles dans ma tête.


Posté par gachet à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pas de préférence.

Nouveau commentaire